Dans un mois quasiment jour pour jour la nouvelle salle de concerts parisienne, la Philharmonie ouvrira ses portes, ou du moins sa direction en la personne de M. Bayle le prétend. Comment ça? Grâce à la spécialité française des ouvrages inachevés où l'on circule dans les gravats et reçoit au passage des morceaux du toit ou des murs comme ce fut le cas pendant 10 ans à l'Opéra Bastille.

Le Monde fait partie de ces journaux de gauche qui prônent la démocratie et la libre parole à condition bien entendu de faire dans le politiquement correct. On bride le droit à la critique par commentaire bien souvent en obligeant l'auteur à s'abonner pour 1 euro s'il veut dire son point de vue, sinon allez voir ailleurs et encore rien ne dit que le commentaire sera publié car la rédaction sait toujours appliquer son pouvoir de censure.

Mais revenons au sujet. En plus de huit articles sur 8 pages de son supplément culturel du 8 décembre dernier le journal se fait l'avocat avec une arrogance frisant la malhonnêteté, de la réalisation et des ambitions pharaoniques de la nouvelle salle de concerts.

On reste confondu devant les contradictions de certaines affirmations. 

Par exemple la nouvelle salle ouvrira ses portes le 15 janvier mais en trois photos couvrant la moitié des pages on nous montre des échafaudages entourant le bâtiment, l'intérieur d'une salle où fauteuils, moquette etc ne sont pas encore posés. Pour un journal de gauche si chatouilleux sur les trente cinq heures et les 6 à 8 semaines de vacances sans compter les week end, jours fériés nationaux et ponts et viaducs en tous genres, cela fait tout de même un peu désordre de trouver normal que des gens fassent les trois huit pour permettre de finir les travaux!

Madame Marie Aude Roux qui s'enthousiasme pour le projet indispensable selon elle, ne s'embarrasse pas de contradictions pourtant criantes dans son papier qui tient sur deux pages de quatre colonnes chacune. Hypocritement elle fait le bilan de la mise en œuvre de l'opération donnant l'impression qu'elle renvoie dos à dos gouvernements de droite et de gauche sur la cause des délais de sa mise en route à l'initiative des deux saints patentés de gauche Mitterrand et Lang. Bientôt l'Etat lancera une pétition pour demander au Pape la béatification de ces deux gloires de la République!

Coté concert elle nous dit, je cite: "L'absence d'auditorium est d'autant plus criante que les orchestres de la capitale sont au creux de la vague; le public est peu présent, l'offre désorganisée..."

Je voudrais qu'on m'explique, chère madame, comment un nouvel auditorium est nécessaire quand le public est peu présent selon vos propres dires? Il y a plus de 10000 places de concerts à Paris, les salles ne se remplissent pas et on a besoin de rajouter 2500 places dans la grande salle et une seconde plus petite s'ajoutant à l'actuelle salle de la cité de la musique qui à chaque concert voit son balcon quasiment vide? Ce n'est pas sérieux voyons. Mais cela dit vous n'avez pas l'air de trouver anormal que Pleyel ferme bientôt ses portes (1900 places) après avoir été l'objet d'importants et couteux travaux qui entrainèrent sa fermeture temporaire pendant plusieurs  mois pour rouvrir en 2006!? Enfin on est parti d'un budget de construction de 100 à 150 millions d'euros pour aboutir théoriquement sans que l'on connaisse bien entendu les tours de passe passe bien connus de l'entreprise étatique, à la bagatelle de 386.5 millions d'euros! Dans une entreprise privée un directeur qui se serait amusé à pareille prévision budgétaire aurait été foutu à la porte sans indemnités pour avoir jeté par les fenêtres la trésorerie de l'entreprise.

Vous vantez la sagacité de Pierre Boulez grand soutien de la gauche et de ce projet, âgé aujourd'hui de 89 ans, la musique conserve, seulement on oublie de dire que chaque fois que ce grand chef incontestable, donne un concert il vous fourgue au programme une de ses œuvres, ça permet de passer à la Sacem. Dans bien des cas et plusieurs de mes amis font cela, le public se pointe après que l'œuvre "géniale" soit jouée devant une salle à moitié vide pour entendre le reste du programme; cela dit il n'est pas bête et fait jouer son morceau soit en fin de programme soit au milieu de celui ci avant l'entracte après un Beethoven ou autre chef d'œuvre incontesté du répertoire que vous aviez envie d'entendre sous sa direction; Dans ce cas est bien fort celui qui peut à Pleyel aller boire un coup au bar en tentant de sortir de son fauteuil placé au milieu d'une rangée bien étroite au risque de tomber dans les bras du voisin ou de la voisine, c'est moins grave si elle est jolie!

Il paraît que l'orchestre de Paris dont ce sera le lieu de résidence est super content. Peut-être mais il doit en ce moment avoir des frissons dans le dos devant la ruée non réalisée des spectateurs vers les abonnements et autres réservations pour la saison à venir. C'en est au point où Monsieur Bayle a du faire appel à un consultant extérieur pour booster comme on dit les demandes de réservations. Comment fera-t-il, en allant chez le mélomane averti ou non, au porte à porte suivant votre postier ou pompier venant vous proposer un calendrier ou demander des étrennes? Cela dit il a avoué à l'un de mes anciens collègues que la situation "est catastrophique"! Pas besoin de lui pour le savoir vu le nombre de relances reçues vous proposant des ristournes à tout va sur votre boite mail pour peu que vous ayez acheté des places lors de la saison précédente.

On pourrait allonger la liste à l'infini de ces articles dithyrambiques et d'une mauvaise foi patente débités par le journal et ses grands spécialistes de la musique qui ne vont au concert qu'à condition d'y recevoir des places gratuites, les meilleures bien entendu car on prône l'égalité à gauche mais limitée; on ne se mélange pas avec le peuple, on a son standing ou pas!

J'oubliais un détail sans importance, la localisation des lieux: Porte de Pantin. L'endroit peuple par excellence, là encore égalité à la gauchiste .Pour être à l'heure il faudra vous lever tôt. Moyens de transports? trois, métro, bus ou voiture personnelle. Dans le troisième cas il est indispensable si vous vivez en banlieue car de transports après 22h que nenni! A Paris vous aurez droit aux embouteillages en bus et en métro il faudra au moins laisser passer deux ou trois rames pour pouvoir pénétrer dans le métro qui dessert deux gares importantes pour les banlieusards, celle du Nord et de l'Est. La solution partir avant l'heure d'affluence; vue les horaires de travail actuel c'est forcément vers 15-16h pour être sans encombre à 20h30 dans votre fauteuil. Croit-on vraiment qu'un patron accordera ce genre de permission à ses salariés à quelque niveaux que ce soit? 

Y a aussi le retour à prévoir, car si paraît-il y aura des bus à disposition vers 22h30, une fois passé au vestiaire, rallié l'arrêt du bus, y en aura-t-il assez pour accueillir près de 2000 personnes et encore faut-il que les bus soient là, car déjà quand on va à la Cité il n'y en a pas toujours... En plus ils ne desservent que Paris intra muros, donc pour les banlieusards encore une fois la voiture est obligatoire et encore faudra-t-il trouver une place de parking, celui actuel est-il vraiment suffisamment grand et peut-on ou a-t-on déjà construit un parc supplémentaire ce qui serait logique dans un projet bien ficelé.

Reste enfin l'acoustique; Jean Nouvel, grand architecte qui construisit la splendide salle de Lucerne en Suisse s'est vu infliger des coupes sombres dans son budget de départ, a-t-il pu alors avec son acousticien vraiment réalisé son rêve? A voir ou plutôt à entendre si c'est comme à Bastille, la pire salle au monde au plan de l'acoustique, ce sera du joli, mais il ne faudra pas lui en tenir rigueur ce sera sans la moindre équivoque la faute au Delanoë et autres grands spécialistes des dépenses somptuaires et de l'accroissement vertigineux de la dépense publique qu'il faudra en accuser.

Si après ça vous avez envie d'aller au concert inaugural à 40 euros grand bien vous fasse, car moi en tous cas, j'ai décidé de ne jamais au grand jamais apporter le moindre euro à pareille scandale.