Poursuite de mes investigations Pompéiennes et de mes recherches sur la maison d'Arrius Diomède. Cette fois je découvre une étude de l'association Théophile Gautier en 1979, sur la nouvelle, "Arria Marcella" qui m'a inspiré le scénario de la vidéo que je suis entrain de réaliser.

On reste confondu devant cette manie pour ne pas dire folie de vouloir toujours tout expliquer, analyser, au point de prêter très certainement à l'auteur des intentions, des motivations ou des idées qui ne sont sorties que du crâne de chercheurs en quête de sensationnel ou d'originalité à tout prix.

Ne peut-on pas un seul instant se dire qu'un écrivain a eu une idée toute simple consistant à faire rêver son lecteur et oublier ses soucis quotidiens? Est-ce un tel crime que de vouloir s'échapper des réalités souvent sinistres ou stressantes de la vie quotidienne?

Cette espèce de manie du monde pseudo universitaire, totalement déconnecté des réalités de la vie quotidienne et qui se croit si savant au point de nier la vie toute simple, histoire de justifier ses études que je qualifierai de fumeuses pour ne pas dire sorties d'esprits bon pour les psychanalystes et dont la rhétorique pour ne pas dire le verbiage se parent de termes savants et obscures, est absolument insupportable.

Désolé messieurs les membres de l'association Théophile Gautier, votre analyse est tirée par les cheveux et ne résiste pas cinq minutes à la simple lecture du texte de ce grand auteur. Il a tout simplement voulu nous faire partager au travers d'un conte fantastique, ce qui n'est autre que la réaction de visiteurs normalement constitués et dotés d'une sensibilité à fleur de peau.

Moi-même lorsque je visite les sites de Pompéi, Herculanum, Stabiae, Oplontis, suis pris d'une émotion sans pareille en particulier si je m'y rends en fin d'après midi alors que les hordes de touristes ne sont plus là et que seuls quelques visiteurs s'y promènent.

Débouchant sur des rues désertes, je suis comme Octavien dans la nouvelle, prêt de voir apparaître au coin de la rue, un romain en chair et en os.

Et alors? Où est le crime? Qu'y a-t-il de mal à éprouver cette émotion? Qu'y a-t-il de ridicule a être sensible à ce point et d'éprouver un réel bonheur  à appréhender un  des plus extraordinaires sites archéologiques et de s'en approprier la beauté et la tragédie tout simplement sans faire dans l’exégèse de soit disant savants bons pour le cabanon comme on dit dans le midie de la France?

En une phrase, foutez-nous la paix avec vos élucubrations de savants en quête de notoriété et laissez-nous rêver sans venir polluer par vos écrits, nos moments de simple jouissance!