Les sites de Campanie sont pour moi des lieux magiques où enfin les restes de la civilisation Romaine antique sont vivants et ne se résument pas à un champ de pierres si beau soit-il d'un point architectural ou de sculpture.

Je viens de terminer la lecture d'un remarquable livre d'Alberto Angela : Les trois jours de Pompéi.

Paléontologue né à Paris, l'auteur spécialiste de la civilisation romaine s'est consacré en particulier au tournage d'émissions culturelles pour la télévision italienne, très regardées et et est l'auteur de nombreux best sellers.

Son précédent livre qui est loin d'être un roman historique, Emperium, nous faisait suivre le parcours d'un "sesterce" tout au long de son utilisation par ses détenteurs à travers l'empire romain.

Ici Angela nous fait revivre les 72 dernières heures de la cité et des villes avoisinantes en suivant en filature en quelque sorte, des hommes et des femmes dont les noms ont survécus au désastre et qui pour certains ayant échappé au cataclysme ont laissé des souvenirs, le plus connu bien entendu et Pline le Jeune qui transmit à Tacite par deux lettres ce qu'il avait vu depuis la villa de Misène où il séjournait chez son oncle Pline l'Ancien, amiral de la flotte qui y était ancrée et qui mourut à Stabie chez un de ses amis espérant pouvoir sauver sur ses bateaux le plus de monde possible.

Avec une écriture sans fioritures, s'appuyant entre autres sur les nombreux graffitis que l'on trouve sur le murs de Pompéi, utilisant les découvertes les plus récentes pour conforter ses conclusions, il fait revivre 7 personnages qui furent des personnalités importantes de la ville; on les découvre au départ réunis chez leur hôtesse Rectina, aristocrate, amie personnelle de Pline l'Ancien mentionnée par son neveu dans sa lettre et qui motiva en premier la décision de son oncle de partir à son secours.

Elle se trouvait coincée dans sa villa au bord de la mer et pu prévenir Pline en utilisant les services des Centurions en charge de la tour destinée aux communications avec les bateaux en mer ou avec d'autres ouvrages du même genre à terre, envoyant des messages codés avec des miroirs. C'est l'ancêtre des sémaphores.

Le livre se termine bien entendu sur l'éruption, suivie minute par minute, là encore grâce aux conclusions obtenues aujourd'hui par les géologues, vulcanologues et autres hommes de science qui se sont penchés sur cette terrible catastrophe dont on estime qu'elle équivalait à l'envoie en deux jours de près de 50000 bombes d'Hiroshima!

Un livre superbe qui complète des visites des sites voire est un excellent guide pour une visite future.