Voilà 600 pages qui nous transportent dans le tourbillon des journées qui vont sonner le glas de l'ancien régime.

Monsieur Maral connait bien Versailles puisqu'il est un des conservateur du château.

Son étude est fouillée et surtout terriblement vivante. On a peu de peine à imaginer le déroulement des événements, les allées et venues des protagonistes entre la salle des Menus Plaisirs où se tient l'Assemblée Nationale et le Château pris dans la tourmente des exigences des uns et des autres.

Il nous montre les faiblesses de Louis XVI, les intrigues aussi bien de la Reine, toujours aussi irresponsable, que les faux pas multiples souvent ridicules mais qui marquent les esprits à l'affût du moindre objet pour miner le pouvoir royal.

Il y a les grandes dates qui marquent à tout jamais l'histoire de France, Le serment du jeu de Paume, l'acceptation de la Déclaration des droits de l'Hommes et les premiers articles de la Constitution. Le tout sur fond de colère, de crimes abominables les 5 et 6 octobre 1789, amenant au départ forcé du Roi et de la Reine pour Paris et leurs tragiques destins.

Tout cela est écrit dans une langue simple fourmillant de citations de contemporains des événements et bien entendu aussi de remarques venant d'auteurs de grands talents comme Jean Christian Petitifils dont il faut lire les remarquables ouvrages consacrés aux rois de France de Louis XIV à Louis XVI et au Régent..

Le dernier chapitre est particulièrement émouvant car l'auteur nous fait passer au gré des visites d'anciens courtisans, dans les salles et salons vides du château abandonné. On frémit quand on pense que certains poussés par leur haine et leur instinct de destruction voulaient que l'on rasa le château et laboure les jardins!

Il y aussi ces réunions de l'Assemblée, fatras d'individus avides de pouvoir car qu'on ne se berce pas d'illusions, les grandes phrases, les discours à rallonges ont largement contribué à laisser le champ libre à la montée de la violence. Ce n'est pas avec des grandes phrases, et des discours grandiloquents que l'on peut mettre fin à la disette.  En fouillant dans les archives nationales aujourd'hui on découvre des actes sciemment exécutés pour entrainer la disette qui mène aux journées d'octobre.

Enfin on ne peut s'empêcher en lisant ce livre de faire un parallèle avec la situation actuelle de la France. Les privilégiés d'hier sont aujourd'hui tous ces députés, ministres et autres énarques ou pas, pour leur majorité incompétents notoires, plus enclins à se soucier des voix que de la situation économique du pays, ces fonctionnaires accrochés à leurs chers avantages acquis prêts sans vergogne à paralyser leur pays en invoquant de soit disant travaux pénibles qui font référence au début du XXe siècle.

Livre passionnant mais il faut le dire aussi qui suscite une profonde tristesse car on ne peut s'empêcher de penser que si la France continue sur la lancée de l'insouciance et de l'irresponsabilité actuelle, l'histoire pourrait bien se reproduire aussi violente et sanglante qu'il y a plus de deux cents ans.Il n'a fallu que quelques semaines entre Mai et Juillet 1789 pour que tout bascule.