Ce livre qui hélas n'a pas été traduit en français, ce qui n'est pas étonnant vu le peu d'intérêt que portent les générations actuelles pour l'histoire et tout particulièrement celle de la seconde guerre mondiale, est une biographie d'un des plus célèbres agent double  ce conflit.

Le général Eisenhower s'adressant à son co-équipier Tomàs Harris , a dit de lui "...à vous deux votre travail a représenté celui d'une division, vous avez sauvé de nombreuses vie, Monsieur Harris."

Livre paru en 2012, l'auteur nous dresse une biographie fouillée et détaillée de Juan Garcia Pujol que les services secrets britanniques affublèrent du surnom de Garbo rendant ainsi hommage à son talent de comédien et son imagination débordante. C'est sans doute aussi que l'homme avait compris que pour comprendre  la mentalité et la façon de réagir aux événements d'un individu ami ou ennemi il fallait comme un acteur se mettre à sa place au plan mental.

Rien ne prédestinait Pujol à jouer le rôle qu'il a tenu durant toute la guerre à Londres. Enfant terrible pour ne pas dire insupportable et immaitrisable, cassant tout sur son passage, se prenant pour un cowboy dans l'appartement de ses parents et frères et soeur, allant d'echec en echec professionnel sur tous les sujets qu'il touchait, il assiste d'abord quasi déserteur à la guerre civile espagnole, ecoeuré par les exactions injustifiables tant des républicains que des franquistes; l'arrivée du régime d'Hitler et des Nazis ne fait qu'amplifier son refus de la dictature sous toutes ses formes et c'est alors qu'il envisage d'aider les britanniques dans leur combat contre l'Allemagne.

Par 5 fois il tentera de se faire engager, par 5 fois il sera rejeté avec mépris par les autorités britanniques de l'ambassade . C'est alors qu'il songe à miner de l'intérieur  les Nazis et là il finit par mettre un pied dans la porte. C'est par un coup de bluff exemplaire que Pujol alors agent "Arabel" destiné à tromper les services secrets allemands que les Anglais finiront par le contacter et l'adopter comme agent double.

Pendant 5 ans "Garbo" montera un réseau totalement fictif de plus de 30 agents secrets travaillant au services des Nazis et leur faisant croire à des montagnes de faux renseignements, le plus spectaculaire de tous étant bien entendu l'Opération Fortitude  où sur l'idée de l'eccentrique David Strangeways, une armée fantôme de plus d'un million d'hommes, la FUSAG -First United States Army Group sous le commandement de Patton, tiendra à l'écart des plages normandes la majorité des troupes Nazis; ce n'est que près de dix jours après le débarquement Hitler prendra enfin conscience que Overlord n'était pas une opération de diversion et Calais l'objectif principal de l'invasion alliée.

La fin du livre est à la fois émouvante et triste. Le secret dans lequel dû vivre cet homme exceptionnel, brisa sa vie familiale, après la guerre craignant des tentatives d'assassinat en Amérique du sud où il s'était exilé, il se fera passer pour mort et ce n'est qu'au cours des années 70 que l'ancien membre du parti conservateur et journaliste  Rupert Allason aka Nigel West finira par le découvrir  vivant chichement au Venezuela où là encore ses entreprises professionnelles ne firent qu'échouer les unes après les autres. 

Juan Garcia Pujol reverra lors de retrouvailles émouvantes ses camarades de Fortitude, assistera bouleversé aux cérémonies commémoratives des 40 ans de D-Day et aura cette phrase qui en dit long sur l'humilité de cet homme, devant les croix du cimetière d'Omaha Beach: "je n'ai pas assez fait".

Un livre à lire absolument, souvent très drôle malgré un contexte dramatique.