Le commentaire ci-dessous une fois de plus fut refusé car sans doute il n'est pas politiquement correct de dire que dès le premier septennat de Mitterrand ce cher président et la gauche réunis ont entamé le long processus de dégringolade économique, financière et culturelle de ce pays. Il est vrai que les électeurs ainsi que les soutiens de l'époque avaient la mémoire courte et ont quelque peu oublié les turpitudes de la IVe République et de ses 21 crises ministérielles dont ils ont été entre autres  les merveilleux acteurs.

Alors que Macron et Royal, aujourd'hui, nous dispensent de leurs phrases toutes faites et parfaitement creuses. Depuis 37 ans ce pays a vu son endettement croître tout particulièrement quand la gauche était aux affaires. Dans le même temps les mêmes responsables n'ont fait aucun effort pour réduire les dépenses inutiles qui surtout favorisaient leur propre bien être et donc ont accentué ce déséquilibre financier. Nous avons pu observer entre autres les remèdes ridicules et inefficaces tentés pour empêcher les fuites de devises avec l'interdiction sotte, stupide et totalement inefficace, d'utiliser ses cartes de crédit à l'étranger, et ce n'est qu'un exemple entre mille comme celui des nationalisations bancaires qu'ensuite on dénationalisa parce qu'il fallait bien trouver de l'argent quelque part. Et ne parlons pas des chantiers pharaoniques style pyramide du Louvre.

Chaque fois qu'une crise a frappé pendant ce temps l'économie du pays, cette même gauche a tenté de mettre la responsabilité sur le dos soit des USA, de la mondialisation, de l'Euro pour ne citer que les principales causes invoquées alors qu'il suffit de regarder leur piètre gestion et la situation de pays européens tiers qui eux s'en sont sortis face aux mêmes situations internationales. C'est le dogme habituel cher il faut bien le dire à nos concitoyens chaque fois qu'ils se trouvent pris en défaut. Si on est surendetté personnellement, ce n'est pas sa propre faute, c'est celle du banquier...

Macron fait tout ce qu'il faut pour que dans un délai relativement court il se trouve confronté à un mouvement social de la même ampleur que celui de Mai 68. Il serait grand temps qu'il change de cap ou alors démissionne ce qu'un président ferait , s'il prenait conscience du fait que son élection a été simplement le résultat du vote CONTRE Le Pen et non POUR lui. Le nier est inadmissible. Quand un électeur craint le pire du fait d'un des candidats, il se tourne vers le candidat qui lui déplaît le moins, ce qui ne veut absolument pas dire qu'il le soutient. Il faut cesser là encore de prendre les électeurs pour des imbéciles.

On ne dirige pas avec le mépris, les propos à la limite de l'insulte pour ses concitoyens, aussi bien de la part de ses ministres sans parler des phrases sottes montrant à l'évidence que ce petit monde vit en dehors des réalités quotidiennes que les Français vivent toutes catégories sociales confondues . On est des beaufs, pour Monsieur Darmanin très en verve ces derniers temps, "C'est la peste brune qui a manifesté sur les Champs Élysées", bientôt on dira que les manifestants sont des SA , à quand le qualificatif SS? Lors de la manif pour tous rappelons-le, Pierre Berger a eu le toupet de qualifier les opposants à cette loi d'antisémites pour ne pas dire de Néo-Nazis.... Décidément la gauche brille de tous ses feux délétères.

Pour l'information de Monsieur Darmanin qui visiblement ne connait pas le prix des restaurants à Paris, face aux Bouffes Parisiens, dans un restaurant italien de fort bonne qualité et déjà relativement haut de gamme,  un repas aujourd'hui pour deux personnes, plat, dessert et vin compris m'a coûté 85€; et en tous cas je n'en fais pas ma cantine! Nous sommes dieu merci loin des 200€ en moyenne annoncés par le ministre. Evidemment si ce dernier déjeune chez Lasserre ou Taillevent alors la facture doit être nettement supérieure, mais je ne pense pas que les Français moyens lorsqu'ils en ont les moyens y aillent déjeuner quand ils n'ont pas de restaurants d'entreprises.