Les songes du Président:

Je ne sais pas pourquoi de tels débats m'inspirent
De toutes parts pressé par un puissant Vizir,
De multiples échos entravant ses désirs,
Il le laisse en ces lieux dans cette forteresse.
Où il jouissais heureux du fruit de sa sagesse,
Mais un trouble importun vient, depuis quelques jours,
De ses prospérités interrompre le cours.
Des troubles (ce devrait-il inquiéter de troubles ?)
De Rugy entretien un chagrin qui le trouble.
Il l'évite partout, partout il le poursuit.
C'était pendant l'horreur d'une profonde nuit.
De féroces GJ sur lui furent précipités,
Comme au jour où hélas il voulut les taxer.
Leurs malheurs n'avaient point abattu sa fierté ;
Même elle avait encor' cet éclat emprunté
Dont il pris soin de peindre et d'orner son visage,
Pour le Climat des ans occulter les outrages.
« Tremble, lui dit-il, fils digne de moi.
Le cruel Dieu Ozone l'emporte aussi sur toi.
Je te plains de tomber dans ses mains redoutables,
Fiston. » En achevant ces mots épouvantables,
Son ombre vers lui paru soudain l'envelopper ;
Et lui, tendais les mains pour s'en débarrasser.
Mais il n'a plus trouvé qu'un horrible mélange
De revendications, traîtrises sans mélange,
Des débats vides de sens et des Elus affreux
Des ambitieux voulant le perdre avec eux.
(Copyright: Claude101141)