Voici le texte du commentaire que j'ai voulu mettre en ligne sur le site du Figaro après avoir été à plusieurs reprises insulté par des lecteurs; le commentaire de départ concernait les sondages donnant à Macron une amélioration de satisfecit résultant paraît-il des opinions des personnes de plus de 65 ans :

Droit de réponse aux insultes que nous Retraités devons encaisser ici du matin au soir:

Les sondages ne précisent pas où ils ont été réalisés; ils ne précisent pas les catégories professionnelles; on ne connait ni la marge d'erreur, ni si les chiffres sont désaisonnalisées ou pas, si on a utilisé une moyenne arithmétique ou géométrique. C'est le B-A-BA d'une étude statistique. Ce n'est pas sérieux de la part des médias de ne pas mentionner ces critiques essentielles lors de publications de sondages.

Par ailleurs ce n'est pas parce qu'on a dépassé la soixantaine qu'on est gâteux et ne réfléchit pas.

En 2017 on a été face à un dilemme: soit s'abstenir, voter blanc ou voter Macron car les deux premiers choix équivalent à voter pour MLP, et c'est ainsi que nombre de retraités se sont vus obligés de voter Macron contre leur volonté.

Il est scandaleux de se voir en permanence du coté du pouvoir comme d'une frange de la population, cloué au pilori par son âge.

Il est scandaleux que les médias ne mettent pas un  terme à ce qui ne devient pas un droit d'expression mais de la diffamation pure.

Oui j'ai voté Macron, et l'absence du mot "POUR", suffit à comprendre la position que j'avais prise.

J'aimerai mieux me tirer une balle dans la tête que de voter MLP et je ne fais aucune confiance aux représentants des autres partis.

J'ai le droit de dire tout haut et par écrit ce point de vue sans être censuré.

Evidemment le commentaire fut refusé. Il est assez cocasse pour ne pas employer un autre terme, de voir un quotidien dont la devise est celle de Figaro dans la pièce de Beaumarchais, oublier ses termes: "Sans la liberté de blâmer  il n'est pas d'éloges flatteurs...", empêcher un lecteur d'exprimer son point de vue largement justifié.

Qu'on ne vienne pas assimiler les plus de 65 ans à des supporters d'extrême droite et encore moins à des supporters du Président actuel dont le mépris pour ses aînés est notoire et affiché selon qu'ils ne sont pas des diplômés de grandes écoles ou de l'ENA.

Depuis 1981 les présidents successifs se sont comportés comme des grands seigneurs qui vous accordaient leur sourire selon que vous les souteniez ou pas. Aujourd'hui on a dépassé les bornes et qui plus est une jeunesse qui n'a rien prouvé, se permet de traiter de "vieux" avec mépris leurs aînés à qui ils doivent tout.

Ma génération n'était pas toujours d'accord avec ses aînés mais en tous cas les respectait; elle avait conscience que ces aînés avaient par leur courage pour bon nombre d'entre eux, permis aux jeunes que nous étions d'être libres, de pouvoir s'exprimer sans censure. Aujourd'hui gare à qui ne s'exprime pas en respectant le politiquement correct c'est à dire le langage et les idées de la majorité au pouvoir et de l'opposition en place. C'est comme cela que se mettent en place progressivement les dictatures que le jeunesse prétentieuse actuelle se mette bien cela dans sa tête et les Facebook et autres sont un danger de ce point de vue par l'accélération de la communication et l'illusion de consensus qu'ils donnent.

Propos d'un vieux gâteux de bientôt 78 ans qui ne s'est pas trompé quand il y a 23 ans, il parlait d'une dérive de l'économie française vers la faillite. Aujourd'hui même la Cour des comptes rappelle à l'ordre un Président qui s'assied sur une dette qui va bientôt dépasser les 100% du PIB si ce n'est déjà fait, c'est à dire dont la dette dépasse les fonds propres. En termes financiers cela s'appelle être en faillite potentielle, dans une entreprise on dépose alors le bilan. A bon entendeur salut!